ASPTT TOULOUSE : site officiel du club de foot de Colomiers - footeo

Vétérans ASPTT/Villeneuve

19 décembre 2013 - 11:36

Vétérans de l' ASPTT match contre Villeneuve a André Roux Vendrdedi 13/12/2013.

 

Asptt – Villeneuve : 1 à 4

  

Mi-temps 0 à 3

Buteur : Daniel M.

Temps humide à franchement pluvieux puisqu’il a plu à partir du milieu de la première période.

Terrain sans aucune herbe ni touffe. Terrain minéral !

 

En cette douce et bien fraîche soirée de décembre, nous arrivons à plusieurs sur le bord du terrain stabilisé (c’est-à-dire couvert de sable) sur lequel nous devons encore une fois jouer. N’avez-vous pas remarqué qu’étant jeunes, les bacs à sable nous ouvraient leur bras. Rentrant dans l’âge de la Sagesse (pour certains), c’est le retour à la jeunesse. On nous remet dans le bac à sable pour jouer.

 

La Sagesse, certains devraient l’avoir, au moins un peu. J’en connais un, que je ne nommerai pas ici car je lui ferai grande publicité, mais notre Philippe national veut « se mettre à genou devant » moi ! Ce n’est pas faire preuve de sagesse si je peux me permettre !

 

Holà, l’homme ! mais relève toi manant, et lis la suite d’un compte-rendu que tu trouveras à ton goût, vivant, fiable et concis (au fait, je l’ai comprise celle de « tout parte à vélo ». Elle était tellement bonne que je l’ai refaite au boulot en réunion de direction. D’après moi, ils ne partagent pas le même humour !).

 

Depuis quelques temps, je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, nous courrons après les victoires. En fait, nous ne cessons pas de perdre. Les 2be5 n’étant pas présents (ils ont un repas au boulot ! au moins ils le reconnaissent quand ils mangent au boulot eux !), nous avons de fortes chances de ne pas gagner. Mais l‘absence de Philippe nous laisse aussi de grands espoirs. Car depuis quelques temps, nous cherchons les raisons objectives pour lesquelles nous perdons. Parce que l’un de nous est absent et que nous perdons, nous pensons que ce n’est pas lui le mistigri. Parce que d’autres sont présents, nous étudions chaque cas à la loupe et évaluons l’importance, la présence ou non du Mistigri. Mais depuis le début de la saison tous les joueurs ont été absents au moins une fois et nous n’avons toujours pas gagné. Où est donc ce mistigri ?

 

Après un échauffement de quelques minutes, nous entamons les hostilités contre nos adversaires d’un soir lorsque l’un d’eux s’enfonce dans notre milieu, avec l’appui de ses collègues. Il passe en revue notre défense et marque un but à Joel, le premier de la soirée. Il est vrai qu’ils nous prennent alors en traîtres car nous ne nous étions entraîné que quelques minutes seulement. Il faut lire ce qui précède ! Nous n’avons même pas l’excuse de la jeunesse car nous avons recruté, étant seulement dix, le fils de Daniel C. Notre ami Daniel n’est pas bien jeune mais il a un fils qui l’est. On ne peut donc pas reprocher à nos adversaires de faire jouer des jeunes en cette soirée.

 

Le temps de respirer, de reprendre notre souffle, nos adversaires reviennent rapidement et, après avoir passé nos lignes les plus en avant (et il y en a !), puis les plus au milieu (à ce sujet, je suis tout prêt de toucher un des leurs mais il va trop vite !), ils se montrent à nouveau devant Joel et, parce qu’ils n’ont rien d’autre à faire, ils marquent le deuxième but de la soirée. A ce moment, Vincent est au sifflet ce que Chirac est avec la culotte de Madonna : il ne fait que regarder ! car, en plus d’être vives, d’être bonnes (surtout chez eux), les deux équipes sont correctes. Etant techniques, ils jouent rapidement et nous n’arrivons pas à les choper. Et c’est ainsi que, sans coup férir, nous nous acheminons vers la mi-temps et vers le score de 3 à 0 car on en a pris un troisième en passant.

Au cours de la première période, Daniel M. qui est venu – tardivement – nous renforcer est rentré.

La mi-temps est la période au cours de laquelle nous pensons « technique », nous vivons « frais » (il fait frais), nous prenons la pluie (et nous la prendrons jusqu’à la fin). L’occasion est trop belle à notre Coach qui est aussi le monsieur Météo de l’Asptt : il m’explique que le temps est idéal car le terrain deviendra, avec l’eau qui tombe, souple. Il ne faut plus que j’ai peur pour mes genoux qui, nul n’en doute alors, ne souffriront plus d’une telle surface. Et il faudrait aussi que je courre un peu plus, que je « dépasse le stade de Philippe », que j’essaie au moins de récupérer des ballons, que je ne m’enfuie pas à chaque attaque comme un vulgaire Philippe (quand on aime bien on châtre bien comme dirait notre ami !)

Nous reprenons la partie avec l’éternel Vincent qui est heureux d’avoir fait le déplacement car lui aussi pense que nous ne pouvons que progresser vu d’où on part. La deuxième période est différente de la première car nous allons chercher le ballon, nous l’avons plusieurs fois et sur un récupéré dans nos 22, JE le prends et le monte, faisant une passe à Daniel M. (là, je m’inscris en faux contre les gens qui penseraient que je m’en suis débarrassé). Notre ailier s’en saisit, va vers les buts adverses et d’un centre-tir, tire plutôt qu’il ne centre. La balle se loge dans une des deux lucarnes adverses (et oui, il n'y a que deux lucarnes) et nous sauvons l’honneur de cette soirée. Notre premier objectif – gagner le match – n’étant pas raisonnable, il vaut mieux assurer le second : sauver l’honneur.

Il s’en faut de peu que nous ne marquions un voire deux buts. Mais les « cloches » de devant (et oui, nous formons une équipe mais il ne faut pas abuser) manquent des buts tout faits et celles (les « cloches ») de derrière en prennent des faciles pendant que le milieu a le bourdon ! Je ne dis pas ça parce que je joue au milieu mais parce que je suis impartial. Et que c’est moi qui rends compte.

Le quatrième but qu’ils nous mettent est anecdotique car tout aussi bien, nous aurions pu gagner si nous avions mis les occasions que nous avions et s’ils avaient tiré à côté de nos buts. Mais c’est ainsi !

Quelques uns des nôtres ont du vague à l’âme devant une telle défaite comme notre adorable Daniel L. qui laisse percer une certaine lassitude. Comme nous n’avons pas été bons en première période, nous ne pouvions qu’être meilleurs en seconde. Quoique ! Et notre ami n’a pas démérité de la patrie Asptt. Bien au contraire car il a bien défendu avec sa hargne habituelle, n’a pas mal attaqué et les buts ne sont pas venus de son côté mais de l’autre. Je le sais car je jouais du côté qu’ils ont emprunté. Au moins quatre fois !

Les absents, revenez vite ! ce n’est pas de votre faute si on perd !

 

Plus sérieusement, après la douche salvatrice, nous nous sommes acheminés vers le pot de l’amitié et nous en avons profité pour refaire le monde. Nos adversaires ayant un super traiteur, sont vite rentrés chez eux dîner, les nôtres sont restés devant un « petit pois, chip » (il n’y en avait qu’une par personne !) A vendredi prochain, dernier match de l’année.

Commentaires

Aucun événement

PETITES ANNONCES

LE CLUB RECHERCHE :

  • Des joueurs séniors Exellence/Promotion 1er
  • Des joueurs pour la catégorie U15.
  • Dirigeants et autres bénévoles Ecole de foot - Senior
  • Contact Anthony : 06 61 91 83 30 
  • Contact Paul : 06 81 37 50 34