ASPTT TOULOUSE : site officiel du club de foot de Colomiers - footeo

Compte rendu du match de vendredi 2 octobre 2015

7 octobre 2015 - 21:09

Asptt – Le Vernet : 1 à 1

Mi-temps : 0 à 0

Buteur : John

Arbitre : notre célèbre Papi, le défenseur de la veuve et de l’orphelin. Mais surtout de la veuve !

 

Arrivés au stade, certains aperçoivent Fred R. qui se traîne. Un peu comme Philippe en pleine forme. Mais, là, c’est Fred qui avance du pas lent de sénateur. Il est enrhumé, et dans un râle, salut et s’en retourne. Il n’a pas la chance de Philippe qui lui, probablement légèrement enroué, a préféré passer sa soirée au chaud dans les bras de son infirmière préférée.

 

Nos adversaires sont aussi nombreux que nous, environ une douzaine, exactement 19. Respectant les règles du jeu à la lettre, les coaches de chaque équipe alignent seulement 11 joueurs en première période et comptent faire de même avec de nombreux changements à la mi-temps. Ce qui, soit dit en passant, est une tactique judicieuse. Les adversaires sont vêtus de bleu et nous de jaune, la couleur que nous avons choisie malgré le fait que nous n’avons pas encore gagné de match depuis le début de la saison. Mais ces maillots jaunes sont amples. Ainsi les légères rondeurs de certains n’apparaissent-elles pas. A première vue ! Quelques-uns, les plus confiants, pensent alors conjurer le mauvais sort et nous verrons qu’ils se mettent le doigt dans l’œil selon l’expression consacrée. Olivier M. est de retour et jouera comme à son habitude devant avec Didier et autres.

Claude tient son sifflet à deux mains et, prenant une grande inspiration, en profite pour souffler dans son instrument, signifiant ainsi l’engagement de la partie aux joueurs. Le jeu est aussitôt lancé sur un bon rythme et en cette première période nous avons au moins trois occasions franches. Je ne parlerai pas ici de la passe de Greg à Alain qui tire et trouve le moyen de mettre la balle contre le poteau droit du goal adverse. Je ne rappellerai pas non plus que Greg seul devant le but a laissé passer la balle entre ses pieds ce qui était plus difficile que de la mettre dans les filets et je ne dirai pas que Rabah a perdu son face à face avec le goal adverse. Je n’écrirai rien sur Didier pour qu’il m’en fasse grief la prochaine fois. Ce qui est bien lorsqu’on joue derrière c’est qu’on peut railler gentiment nos joueurs de l’avant. Aussi pourrait-on proposer de donner le César (ça y est, un peu de culture !) du meilleur « rateur de but ». Non pas du meilleur récupérateur car Cyril obtiendrait récompenses et lauriers ! Dans le cas où nous serions nominés, nous serions alors en compétition avec nos adversaires car si Benoît, Christophe, Daniel et Henri se décarcassent en participant à nos lignes arrières, nos adversaires sont parfois maladroits. Joel est tout de même un goal de grande classe. Mais nos adversaires jouant comme nous, nous atteignons la mi-temps sur le score nul de 0 à 0.

Nous craignons la reprise car Claude en grande forme, nous a dernièrement sifflé un pénalty. Contre nous. Nous discutons avec lui en cette mi-temps, évoquant des souvenirs partagés, posant des questions sur les dinosaures que nous n’avons pas connus, lui demandant comment il les nourrissait dans sa tendre jeunesse, toutes questions d’actualités. En fait, nous essayons de l’amadouer. Et ça a marché car il ne nous a pas sifflé de pénalty. Ni pour nous !

On reprend le jeu avec, de part et d’autre, 11 joueurs frais à assez frais. Le match est toujours indécis jusqu’à exactement la 72e minute. A dix minutes près ! Sur un débordement, l’adversaire bien en jambes, tire au but, dans le nôtre, et marque dans le silence glacial. C’est comme si, pour les Anglais, l’Angleterre était sortie au premier tour de la coupe du monde qu’elle organise. C’est impensable et pourtant, cela se produit. A ce moment, la valeur de l’équipe est plus proche de Vincent team que de Gégé team. Bon, j’essaie une nouvelle blague et pour mon confort personnel il est souhaitable que vous esquissiez au moins un rictus, manière de dire que vous avez compris. En plus, cette blague a été donnée par la fille de Fred B. pour le bonheur de tous.

Notons par ailleurs la belle partie de « Patrick le petit » qui joue un très beau match un peu sur le modèle de l’autre Patrick. Mais en plus vif, en plus technique, en plus fort, en plus... plus.

Le fait est qu’à ce moment nous perdons.  Même si un joueur adverse manque de marquer contre son camp, nous ne mettons pas le goal adverse en danger. Et le temps court en faveur du Vernet que nous bousculons. L’équipe ne rompt pas et notre arbitre international pense faire jouer les arrêts de jeu puis siffler la fin de la partie lorsque John se charge des affaires courantes, prend le ballon face au but et après deux dribbles, l’envoie dans les filets adverses ce qui est une bonne manière de faire. La clameur part des tribunes et nos joueurs sur le terrain bronzent sous les nombreux flashes qui illuminent la nuit de Colomiers. Nous avons égalisé. Et c’est ainsi braves gens que nous faisons match nul ce vendredi soir.

Après la douche un peu moins fraiche que les vendredis précédents, nous sommes allés participer à la légère collation d’après-match car les joueurs et dirigeants des deux équipes ont du savoir-vivre.

Vendredi nous jouerons conte Cépét comme l’a dit notre Coach général. Notre Papi crie urbi et orbi qu’il sera absent car il prétend qu’il va suivre un stage de foot à Milan, en Italie. Comme si Milan avait une équipe de foot ! D’aucun pense qu’il va plutôt voir les belles italiennes !

Mais cela ne nous regarde pas !

 

 

Patrick 

Commentaires

Staff
Anthony ARELLANO
Anthony ARELLANO 8 octobre 2015 00:24
Entraîneur

Quelle plume !!! Bravo Patrick !!!

Aucun événement

PETITES ANNONCES

LE CLUB RECHERCHE :

  • Des joueurs séniors Exellence/Promotion 1er
  • Des joueurs pour la catégorie U15.
  • Dirigeants et autres bénévoles Ecole de foot - Senior
  • Contact Anthony : 06 61 91 83 30 
  • Contact Paul : 06 81 37 50 34