ASPTT TOULOUSE : site officiel du club de foot de Colomiers - footeo

Compte rendu du match du 25 mars 2016

1 avril 2016 - 14:38

Compte rendu du match du 25 mars 2016

Le Vernet – Asptt : 1 à 2

 

Mi-temps : 0 à 2

Buteur : Didier à la 10e puis à la 38e minute.

15 beaux athlètes chez nous, des « guerriers ».

 

En cette douce soirée, les meilleurs étaient absents, Cyril, Gégé (c’est le coach), et plus modestement moi. Et encore plus modestement mais bien modestement, Philippe. Aux dernières nouvelles, la rumeur malfaisante rapporte qu’il aurait « couture » ou « macramé » en cette soirée. Nous sommes unanimes à penser que madame Philippe garde son garnement de mari au chaud.

L’ami Hassan paie encore de sa personne car c’est lui le gardien des buts. Il est accompagné par un revenant qui nous fait un immense plaisir par son retour, Alain S. même s’il porte lourdement le souvenir d’un certain Johan, un footballeur paraît-il, adulé par d’autres. Les footeux ont des affects importants !

Le match débute à l’heure indiquée, la bonne, et malgré le changement d’heure que nous devrons supporter la nuit suivante, il se déroulera en deux périodes d’à peu près 45 mn. Les absences de certains (voir plus haut) désorganisent un peu l’équipe qui reçoit le soutien de forces vives et jeunes avec le fils du Coach vénéré. Qui a dit « fayot » ?

 

Henri est arrière droit, Fred B. à gauche, la charnière est composée de Vincent le silencieux et de Benoit. Vincent le silencieux ? Et oui, vous avez bien lu. Vincent a fait un stage dans l’après-midi chez monsieur Brenan ancien joueur du Stade qui tient un bar à Castelmaurou (ou …ginest) et s’en remet à peine. Les joueurs des deux équipes et les nombreux spectateurs peuvent témoigner du silence qui régnait et personne ne s’en est remis !!! Notre milieu et nos avants sont plus fournis car les changements seront fréquents entre Fred R., les AlainS B. et S., John, les DanielS C. et M., Didier, les OlivierS M. et N et Aurélien. Les deux équipes entrent dans le match très rapidement et la rencontre est « virile mais correcte » d’après les commentateurs et les spécialistes.

A ce petit jeu d’attaques et de défenses, nous sommes les plus prompts à tirer et c’est à la dixième minute que sur un beau mouvement, Didier conclut par une frappe au niveau médian du poteau gauche, à mi-hauteur du mollet droit du goal adverse. Il marque notre premier but. Notre supporter de Benfica en particulier, du Portugal en général ne se sent plus de joie. Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie. Non, ici c’est une fable de la Fontaine. N’empêche, nos joueurs sont heureux, nos adversaires un peu moins.

 

Nous attendons leur réaction qui n’est pas longue à se dessiner. Hassan s’emploie dans nos buts à les garder vierges et c’est avec grand bonheur et un certain succès que ses buts (et les nôtres) restent inviolés jusqu’à ce que sur le côté droit, l’un de nous, monte à l’attaque et après un rapide une-deux, centre puissamment. Didier, le renard non de la fable mais des surfaces, bondit et d’une tête rageuse propulse le ballon dans les buts adverses. Notre camp exulte, celui d’en face est dépité. Nous tenons tout de même jusqu’à la mi-temps grâce au courage de nos arrières et d’Hassan.

Après quelques réajustements nécessaires, nous reprenons le jeu face toujours aux mêmes adversaires. C’est au cours de cette mi-temps que nous nous apercevons que nos artistes se sont changés en guerriers car nos adversaires ont monté leur niveau de jeu et leurs entreprises sont nombreuses et percutantes. Nous résistons comme Ponce face à Pilate ou Napoléon à Bonaparte, ou un truc comme ça. Le fait est que nous relevons même la tête à un moment. Vincent est paraît-il de tous les bons coups mais reprenez la liste ci-dessus car tous nos joueurs sont grands, sont forts, sont à féliciter. De véritables murs infranchissables, nos amis !

 

Jusqu’à cette 62e minute. Il fallait bien que nous craquions à un moment car guerriers d’airain nous sommes, nous n’en restons pas moins des hommes faits de chair et de sang. Face à l’armada adverse, déployée, nous ne romprons qu’une fois en cette soirée. Les 28 dernières minutes sont celles des tranchées. Nos adversaires sont beaux dans leurs attaques mais nous sommes magnifiques dans nos défenses ! Ils sont excellents dans leurs dribbles mais nous sommes admirables dans nos contres ! Chaque minute grappillée est une minute qui nous approche de la Victoire. Olympiens, nous sommes dans tous les coups, notre calme est magistral, notre sang, froid ! Et minute après minute, nous nous approchons trop lentement pour nous, trop rapidement pour nos adversaires, vers la victoire qui nous tend ses bras. A la 90e minute exactement, au coup de sifflet final, nous tombons dans les bras les uns des autres, ayant alors le sentiment fort légitime de rentrer dans l’Histoire du club.

 

Plus simplement, nous aurons tiré quelques leçons de cette soirée :

Si on veut acheter le silence de Vincent, il faut qu’il aille avant le match chez monsieur Brenan.

Si on souhaite que Didier marque, il faut mettre le supporter du Portugal à la maçonnerie l’après-midi précédent le match.

Si on veut gagner, il faut faire en sorte que Philippe fasse « couture » ou « macramé » pendant le match.

Si on veut gagner (bis), demandons à quelques-uns de « remonter leurs pieds à l’endroit » et pour ceux qui pensent se servir, comme Cruyff, « des deux pieds », rappelons que Cruyff jouait avec une chaussure à chaque pied et pas les deux pieds dans la même chaussure.

 

Notre coach vénéré nous donne rendez-vous ce vendredi à l’Asptt contre Castelmaurou. Et bien, pour lui faire plaisir, accueillons cette sympathique équipe.

A demain,

Patrick

Commentaires

Aucun événement

PETITES ANNONCES

LE CLUB RECHERCHE :

  • Des joueurs séniors Exellence/Promotion 1er
  • Des joueurs pour la catégorie U15.
  • Dirigeants et autres bénévoles Ecole de foot - Senior
  • Contact Anthony : 06 61 91 83 30 
  • Contact Paul : 06 81 37 50 34